Sélectionner une page

Lors de mon voyage au Bénin, en juillet 2011 à Malanville (ville située à la frontière du Bénin et du Niger), j’ai rencontré au plus près un phénomène que je ne connaissais pas : celui des Talibés, appelés également « enfants gamelles ». D’après ce que j’ai pu en apprendre, ce sont de jeunes enfants d’une petite dizaine d’années qui, sur ordre de ce qu’ils appellent leur « marabout » (leur chef religieux) vont faire la manche plusieurs fois par jour, et apprennent le Coran le reste du temps. Ces jeunes viennent essentiellement du Niger et passent la frontière pour obéir à ces règles.

Des "enfants gamelles" de Malanville

Abordant un sujet sensible qui touche en partie à la religion musulmane, je tiens à préciser que ce travail de découverte n’est nullement porté contre cette religion contre qui je n’ai rien et pour qui j’ai le plus grand respect. Cependant, mon travail et ma conscience m’ont poussé à tenter d’en savoir plus. Je vous propose donc de découvrir différents entretiens que l’on m’a accordé sur place. Dans un soucis de bonne foi, je préfère vous proposer les entretiens dans leurs intégralités. Le montage peut parfois être trop réducteur et accentuer une prise de position.

Les Talibés, esclaves modernes

Première partie :

Pour la première partie de ce web-documentaire, je vous propose de découvrir l’entretien que j’ai réalisé d’Alain Meyer, pasteur à Illkirch-Graffenstaden, qui nous en apprend d’avantage sur ce phénomène. Vous découvrirez ensuite les propos de Mathieu Agossou, ancien pasteur de Malanville officiant aujourd’hui au Niger. Enfin, le pasteur actuel de Malanville, Richard Mikpedo.

Entretien avec Alain Meyer :

Entretien avec Mathieu Agossou :

Entretien avec Richard Mikpedo :

Deuxième partie :

En deuxième partie, je vous propose de rentrer dans une certaine réalité concrète, en tout cas celle que j’ai vécu. Je choisis une nouvelle fois d’abandonner un montage trop présent qui pourrait gâcher et fausser l’action. Certains moments sont tout de même coupés, souvent dans un souci d’anonymat. Cette partie sera en effet consacrée à la rencontre de jeunes talibés. Tout d’abord sur le pont qui relie le Bénin au Niger d’où viennent la majorité de ces enfants. Je suis accompagné de Mathieu Agossou, sans qui ce trajet, ces rencontres et cette tentative de passer la frontière n’auraient pu se faire. Je prierai l’auditeur de bien vouloir m’excuser pour la qualité de l’image et du son parfois limite, dans ce genre de situation on fait parfois avec les moyens du bord.

Rencontres avec des jeunes talibés à la frontière Bénin/Niger :

Avant de découvrir la vidéo de mon immersion avec de jeunes talibés, un vendredi de don de nourriture, je vous propose quelques captures :

Des Talibés, un vendredi de don de nourriture à Malanville.

Ce jour là, tous les enfants peuvent manger à leur faim.

Ce jour là, tous les enfants peuvent manger à leur faim.

Ces journées de don de nourriture sont organisées par les responsables religieux de la région.

Ces journées de don de nourriture sont organisées par les responsables religieux de la région.

La vidéo qui suit a subi, contrairement aux autres, un montage rigoureux dans le but de garder les valeurs de respect et de compréhension qui auront été les nôtres durant tout ce documentaire. L’intégrité morale de ces enfants en dépendait. J’espère avoir montré dans cette partie la force de l’innocence des Talibés qui, malgré leur condition, gardent une âme d’enfant à la sortie de leur journée de « mendicité ». Envers et contre tout.

Troisième partie : 

En troisième partie, je vous propose de découvrir, sans coupures ou montage intempestif, ma rencontre avec un « Marabout » (également appelé « Alpha ») de Malanville. Cet entretien se déroule dans son École Coranique, en présence d’enfants et d’enseignants.

Je remercie vivement le Maître Talibés ABDOULAYE Ibrahim d’avoir accepté cet entretien, le traducteur NOURIDINA Ali, ainsi que mon ami et complice durant ce séjour Mathieu AGOSSOU, sans qui cette rencontre informelle et assez improvisée n’aurait pu être réalisée.

Rencontre avec un « Alpha » de Malanville :

Quatrième et dernière partie :

Je vous propose de découvrir un entretien écrit avec un directeur d’école. Lui-même musulman et directeur d’une école chrétienne, il dénonce ces agissements comme étant l’œuvre de « sectes dérivées de l’Islam. » Il prône, comme Richard Mikpedo, une réconciliation entre les deux religions.

« Je réponds au nom de TANKARI GANDA, instituteur à la retraite de grade B1-12 (Instituteur hors classe) au Bénin. J’ai exercé le métier d’instituteur dans l’administration publique proche de 1977 à 2010. Je suis militant d’une sensibilité politique proche du Président du Bénin, le Docteur YAVI BONI. Depuis le 15 janvier 2011 j’assure la direction du Complexe Protestant « La cité de Malanville. »

Ma confession religieuse est l’islam. La vie et la coexistence avec les Chrétiens se déroulent dans de bonnes conditions malgré quelques poches de fanatisme car chacun est conscient de l’unicité de Dieu. Cette bonne ambiance est marquée surtout entre les intellectuels par une invitation mutuelle entre les Chrétiens et les Musulmans lors des fêtes musulmanes et chrétiennes. »

Entretien en intégralité ici.

Je laisse cette page ouverte et interactive pour permettre aux internautes d’apporter leurs précisions ou leurs commentaires. Je fais le vœu de la courtoisie et de la recherche de la vérité, tous les débordements sur ce sujet sensible entraineront la fermeture des commentaires en ligne.

Share This