Sélectionner une page

Mort au cléricalisme ou résurrection du sacrifice humain

21,00

Livre de MGR Gaume, préface de Sylvain Durain

Pour se procurer l’ouvrage : http://www.chire.fr/A-225823-mort-au-clericalisme-ou-resurrection-du-sacrifice-humain.aspx

Rupture de stock

Catégorie : Étiquettes : , , ,

Description

 

Par cet ouvrage, publié initialement en 1877, Mgr Gaume traverse les siècles et les peuples, pour nous faire entendre ce cri de guerre, ce cri sanguinaire « mort au cléricalisme » – terme qui signifie d’ailleurs catholicisme, mais employé pour le salir et le mépriser -, et qui retentit aux quatre vents.

L’adoration du Veau d’Or, commença lorsque Satan, en singe de Dieu, voulut ses propres sacrifices. Haine du Christ, Adoration du Démon. Cette révolte contre Dieu, cette haine formelle du Verbe, cette malignité spirituelle réintroduite, véritable actualisation du péché originel, loin d’être éteinte avec les 3000 hommes d’Exode XXXII, 28, a entrainé les nations dans la barbarie, favorisant directement les sacrifices humains par immolation, égorgement, carnage, et même anthropophagie, etc., en l’honneur de divinités fausses et d’idoles malfaisantes et pernicieuses.

L’histoire démontre que le sacrifice humain est une affaire de culte. Il a toujours existé et il est partout. Le seul sacrifice qui peut abolir le sacrifice des victimes humaines c’est le sacrifice (indirect) d’une victime divine. Dieu lui-même s’est sacrifié pour mettre fin à ces cruautés. Et parmi les peuples où le catholicisme a été enseigné, les sacrifices humains ont cessé.

« Le catholicisme c’est la grande charte de l’humanité, nous dit Mgr Gaume ; c’est l’unique raison du pouvoir et du devoir ; c’est la religion descendue du ciel, la reine de la vérité, la mère de la vertu, la sauvegarde de tous les droits, la bienfaitrice de l’univers ».

Cette réédition, devenue aujourd’hui nécessaire, permettra à chacun de méditer quant à l’actualité de notre monde. Et qu’y verra-t-il ? Un retour au paganisme, des chrétiens traqués, des églises brûlées, des prêtres attaqués et tués, etc. Car un retour au sacrifice humain n’est pas une éventualité, il est déjà une réalité. Un sacrifice aujourd’hui sans statue, sans idole, sans temple mais simplement en pensées par ces sacrificateurs du XXIème siècle.

Sans une réforme radicalement chrétienne de l’éducation sur la jeunesse prônée par Mgr Gaume, et comme il le pressentait déjà au XIXème siècle, le passé est-il la prophétie de l’avenir ? Si le sacrifice divin venait à disparaître, alors le sacrifice humain recommencerait-il ?

Sylvain Durain, dans sa préface, retrace les études traditionnelles sur la question du sacrifice et montre – par le lignage allant de Mgr Gaume à René Girard, en passant par Joseph de Maistre – que la modernité est bien le temps du retour du sacrifice sanglant. La religion du Progrès ramène l’humanité aux temps archaïques.

Informations complémentaires

Poids 250 kg
Dimensions 2 × 15 × 21 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mort au cléricalisme ou résurrection du sacrifice humain”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *