Sélectionner une page

Les « sino-ricains »

Régis Debray proposait le concept de « gallo-ricain » pour désigner la nouvelle anthropologie française. Nous serions passés, selon lui, du « gallo-romain » qui a fait naître la complexité et la beauté française il y a des siècles, à quelque chose de nouveau depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale et les « apports culturels » américains en conséquence du fameux Plan Marshall. Ce dernier déclarera à l’époque : « « Il est logique que les États-Unis fassent tout pour aider à rétablir la santé économique du monde, sans laquelle il ne peut y avoir aucune stabilité politique et aucune paix assurée. » Certes. Seuls les naïfs n’y verront pas le moyen d’une mainmise à la fois économique mais surtout culturelle sur l’Europe. On ne donne pas des dizaines de milliards de dollars par pure charité quand on est américain. 70 ans après, le résultat est sans appel. Le français de base est totalement américanisé culturellement par Hollywood, mais aussi par la musique et autre « art contemporain ». Soit un hybride anthropologique mêlant tradition culinaire ancestrale et fastfood dégoulinant. Quel est cet homme qui peut à la fois s’extasier devant un Munster de la Bresse et qui le soir, sentant monter en lui des élans mondialistes, se pavane devant Netflix un Coca à la main. Cet homme c’est celui du paradoxe français des 30 dernières années. Et si un nouvel élément venait complexifier encore davantage la chose ?

Indifférenciation(s)

Depuis René Girard nous savons que la culture née du sacrifice, lui-même prédéfinit par l’indifférenciation des masses, ce que le philosophe dénomme « la crise sacrificielle ». Ainsi, dans une société donnée lorsqu’arrive ce moment fatidique où tous les individus sont indifférenciés entre eux, quand la hiérarchie (le pouvoir du sacré) est si floue que l’on ne sait plus qui du maître ou de l’élève domine l’autre, alors nous arrivons dans cette crise du « tous contre tous », une sorte de guerre globale entre les individus, qui exigera un sacrifice expiatoire pour stopper sa course. L’heure du sacrifice n’a pas encore sonnée, mais nous pourrions imaginer qu’elle approche. Qu’en est-il de l’indifférenciation aujourd’hui ? Elle est partout : dans les familles le père n’a plus son autorité naturelle, la mère essaie de compenser au risque de perdre parfois sa féminité, les enfants règnent dans un monde qui devrait les éduquer, que dire de l’école, de l’entreprise, c’est dans la société en générale que l’Esprit Familial si cher à Monseigneur Delassus s’est envolé. Mais la nouveauté est ailleurs. Depuis les gilets jaunes nous sentons une volonté populaire de s’indifférencier globalement et de refuser toute forme d’incarnation et de représentation. Une stratégie vouée à l’échec, surtout en France. Souvenez-vous, tout le monde devait porter du jaune ou au moins poser son gilet sous son pare-brise, tout le monde était alors sur le même plan symbolique, emprisonné dans une horizontalité aliénante. Quand la verticalité est absente, nulle possibilité de succès dans quelque domaine que ce soit.

Vous l’avez certainement deviné, la nouvelle indifférenciation visible est celle du masque. Totalement absent lors du pic de la maladie, le voici obligatoire dans plusieurs villes de France alors que le virus est en fin de vie, jusqu’à 4 fois moins grave qu’une grippe classique selon certains médecins. Et c’est bien cette transformation anthropologique du « gallo-ricain » qui nous donne à voir, à la grande surprise de beaucoup, la soumission du peuple français. Ce peuple de gueulards, d’insoumis, de « jamais contents », ce peuple qui s’est toujours levé contre les injustices, va accepter et même approuver ce plan « parce que, quand même, c’est pour notre bien ». Rien de neuf sous le soleil, toutes les dictatures du monde ont toujours commencé « pour le Bien du peuple ». Les avancées de la dictature molle se raidissent de plus en plus et nous avons à craindre un nouveau confinement dans les semaines ou les mois à venir. Certes, il ne sera certainement pas généralisé comme celui du printemps dernier, mais il sera la suite de la mise au pas des libertés individuelles fondamentales. Pas d’inquiétude, cette fois-ci vous pourrez vous rendre à votre travail, ou bien transformer votre maison en vaste espace de télé-travail, nouvelle idiotie à la mode qui pervertit l’espace qui restait encore à peu près sain dans nos vies : le foyer.

Identité(s)

Jamais un pays latin comme la France mêlant art de vivre, bonnes manières, galanterie, camaraderie et joie de vivre, n’était tombé aussi bas dans les rapports humains. Le port du masque avilit l’âme, c’est un symbole quasi-religieux en ce sens que la religion relie aussi les individus entre eux, même à la messe il n’est plus possible de se donner la Paix du Christ. Le masque nous sépare, il annule toutes les rencontres possibles. Combien de nos lecteurs ne seraient pas nés si, il y a 30 ans ou plus (j’espère ne pas trop vieillir notre lectorat) vos pères n’avaient pas pu admirer le sourire d’une belle inconnue au détour d’un bistrot, d’une rue, d’une plage ? Les regards sont méfiants, les corps reculent devant les passants, l’on découvre des questions impensables il y a encore 6 mois « on se sert la main? » ou encore « on se fait pas la bise hein, distanciation sociale oblige ». Quel monde créons-nous pour nos enfants ? Car même si la psychose sanitaire se terminait un jour jamais ses conséquences ne s’effaceront aussi aisément de l’inconscient collectif. Girard nous montre que pour sortir de ces crises mimétiques les communautés sacrifient un bouc-émissaire, une figure symbolique qui va prendre sur elle toute la violence et devenir la victime sacrificielle. Et si cette fameuse victime était une personne sans masque, un individu ne voulant simplement pas jouer la partie proposée ? L’on peut tout à fait imaginer cette violence mimétique se concentrer sur cette personne alors inconsciente du rôle qu’elle jouera dans notre histoire. Nous serions alors devenu un pays « sino-ricain », un mélange de ces penchants asiatiques hygiénistes qui ne nous correspondent pas et qui ne sont pas fait pour nous, avec ce côté américaino-puritano-culturel dont nous avons parlé plus haut et qui sont aux antipodes du génie français.

Soyez rassurés, ce qui reste de notre anthropologie classique résiste bien dans quelques îlots gaulois, que dis-je, quelques îlots français. Aujourd’hui ils sont moqués, gageons que demain ils soient encensés.

Share This